Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

21/08/2017

Là où les tigres sont chez eux



     Informations sur le livre     



Sorti en 2008



Editions Zulma Poche ( 2016 )



Contemporain




965 pages


Lecture dans le cadre de la licence




    4ème de couverture    
Eléazard von Wogau, héros inquiet de cette incroyable forêt d'histoires, est correspondant de presse au fin fond du Nordeste brésilien. 
On lui adresse un jour un fascinant manuscrit, biographie inédite d'un célèbre jésuite de l'époque baroque. Commence alors une enquête à travers les savoirs et les fables qui n'est pas sans incidences sur sa vie privée. Comme si l'extraordinaire plongée dans l'univers d'Athanase Kircher se répercutait à travers les aventures croisées d'autres personnages, tels Elaine, archéologue en mission improbable dans la jungle du Mato Grosso, Moéma, étudiante à la dérive, ou bien Nelson, jeune gamin infirme des favelas de Pirambû qui hume le plomb fondu de la vengeance. 
Nous sommes au Brésil, dans le pays des démesures. Nous sommes aussi dans la terra incognita d'un roman monstre, dont chaque partie s'ouvre sur un chapitre de la biographie de Kircher, " le maître des cent arts ", ancêtre de l'égyptologie et de la volcanologie, inventeur du microscope ou de la lanterne magique. On songe au réalisme magique des Borges et Cortazar, à Italo Calvino ou Umberto Eco, ou encore à Potocki et son Manuscrit trouvé à Saragosse, sans jamais épuiser la réjouissante singularité de ce roman palimpseste qui joue à merveille des mises en abyme et des vertiges spéculaires.
Résumé Livraddict  


     Là où les tigres sont chez eux peut être qualifié de pavé, de beau pavé je dirais même. Près de 900 pages très enrichissantes qui nous proposent des réflexions et nous font prendre conscience de la réalité qui nous entoure, des personnages haut en couleur et une fin qui me laisse perplexe malgré le recul pris pour écrire cette chronique. Ce livre réserve son lot de surprise.


     Les chapitres sont relativement nombreux et de bonne taille ; entre 20 et 30 pages en moyenne, ce qui facilite et rythme la lecture mais permet également de faire des pauses. Chaque chapitre est introduit par des extraits de la biographie de Kircher, éminent savant du XVII, racontés par Caspar Schott. La vie d'Athanase Kircher est palpitante, l'auteur n'a de cesse de nous le présenter sous un jour différent, variant ainsi les plaisirs de la lecture. Nous admirions Kircher, nous le détestons, nous doutons de la paternité qu'il s’octroie parfois, nous sommes avides d'en apprendre davantage sur lui.  


Représentation d'Athanase Kircher



     Kircher est loin d'être le seul personnage de ce récit, sinon quoi je pense que ma lecture aurait été un peu ennuyeuse. J'ai donc pris plaisir à suivre le parcours des autres personnages, à notre époque, chacun évoluant dans un lieu différent. Tous les changements de personnages et de lieux sont indiqués, le lecteur angoissé n'a pas à s'inquiéter : il ne peut se perdre. Les liens qui unissaient les multiples protagonistes n'étaient pas toujours identifiables de prime abord, ce fut donc une sorte de jeu que de mettre le doigt dessus, puzzle géant dans lequel les pièces ne coïncidaient pas forcément avec l'estampe à reproduire.  

     Eléazard, Elaine, Moéma, Nelson, Mauro, Loredana, Soledade, Kircher et bien d'autres sont autant de personnages emblématiques du livre, chacun jouant son rôle avec plus ou moins d'efficacité. Indépendamment des autres, la vie de chacun d'entre eux est très riche, elle nous ouvre les yeux sur un pan de la société, sur les contrastes saisissants qui fissurent le Brésil de part en part. Mises bout à bout, toutes ces existences façonnent une gigantesque toile qui semble représenter une certaine réalité, celle d'un monde dans lequel nous déambulons, aveuglés par des sentiments néfastes, à la recherche de la sérénité. À ce titre, un passage m'a particulièrement marqué ; Roetgen ( le professeur de Moéma ) et les pêcheurs d'un petit village à la marge. Roetgen constate avec effroi que la vie que nous menons n'est que faste et poussière, existences décousues dont nous ne sommes même plus les véritables maîtres, dont les rênes nous ont depuis longtemps glissées entre les mains.
Nous avons des trains à grande vitesse, des Airbus et des fusées, João, des ordinateurs qui calculent plus rapidement que nos cerveaux et contiennent des encyclopédies complètes. Nous avons un grandiose passé littéraire et artistique, les plus grands parfumeurs, des stylistes géniaux qui fabriquent de magnifiques déshabillés dont trois de tes vies ne suffiraient pas à payer l’ourlet. Nous avons des centrales nucléaires dont les déchets resteront mortels pendant dix mille ans, peut-être plus, on ne sait pas vraiment…Tu imagines ça, João, dix mille ans ! Comme si les premiers Homo Sapiens nous avaient légué des poubelles assez infectes pour tout empoisonner autour d’elles jusqu'à nos jours. Nous avons aussi des bombes formidables, de petites merveilles capables d’éradiquer pour toujours tes manguiers, tes caïmans, tes jaguars et tes perroquets de la surface du Brésil. Capables d’en finir avec ta race João, avec celle de tous les hommes ! Mais grâce à Dieu nous avons une très haute opinion de nous-mêmes.

   

Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

     L'auteur nous offre donc un large éventail de personnage, des sauts dans le passé avec Kircher et un retour à la réalité avec les autres. Chaque point de vue nous apporte quelques choses, réflexion et prise de conscience, découvertes et révélations, je ne me suis pas ennuyée même si l'action n'est pas vraiment présente. Je dirai qu'il s'agit d'une histoire progressive dans laquelle chaque engrenage avance doucement, laissant aux autres le temps de s'installer afin que la machine fonctionne correctement. Il me semble nécessaire de prendre son temps pour savourer cette œuvre, pour tenter de comprendre les mécanismes du récit.

    Certaines situations peuvent vous sembler communes voire stéréotypées, je vous l'accorde, elles n'en demeurent pas moins cohérentes et vivantes. Moéma a beau représenter l'image somme toute banale et caricaturale de la fille homosexuelle qui fume, qui boit, qui baise à droite à gauche, son personnage nous offre bien plus que cela, il nous livre la pensée d'une jeune femme qui vit en marge de la société, qui s'éveille et ouvre progressivement les yeux sur un autre moyen de vivre et de profiter, une prise de conscience progressive qui la rend presque attachante.

    Une série de coïncidentes et d'imprévues vont contraindre les personnages à changer de parcours et/ou d'orientation, c'est dans un sens ce qui fait le charme de ce récit : son caractère imprévisible et la richesse de ses explications. On se demande quels enseignements doit-on retenir de tout cela. Morale et valeurs se fraient un chemin dans l'aveuglément dont sont victimes certaines personnes. Il n'est jamais trop tard pour ouvrir les yeux et son esprit. Il y a énormément de chose à dire sur un livre de cette envergure, pas seulement parce que ce livre est un pavé mais parce qu'il recèle de nombreux passages éclairants.
Ce ne sont pas les idées qui tuent : ce sont les hommes, certains hommes qui en manipulent d'autres au nom d'un idéal qu'ils trahissent avec conscience, et parfois même sans le savoir. Toutes les idées sont criminelles dès lors qu'on se persuade de leur vérité absolue et qu'on se mêle de les faire partager par tous.

         

Icons made by Pixel perfect from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY
  
     La lecture est addictive, je n'ai pas vu les 900 pages défiler même si j'avoue avoir mis du temps à lire ce livre. Le style très vraiment très prenant. Tout au long de la lecture j'ai eu l'impression de cotoyer quelque chose d'indéfinissable, une impression qui tantôt se fracassait, tantôt se renforçait. Je pense que la lecture des Carnets d'Eléazard n'est pas étrangère à ce phénomène, j'ai trouvé ces carnets particulièrement intéressants voire croustillants – sorte de réflexion sur tout et n'importe quoi, moyen de laisser s'exprimer une facette de notre personnalité. Le personnage d'Eléazard se permet de passer quelques coups de gueule qui m'ont bien fait rire, j'ai vraiment adoré cet homme.

     Je n'aurai qu'un seul gros bémol pour ce livre, il s'agit de sa fin beaucoup trop ouverte pour moi. Tout au long de la lecture l'auteur nous propose un livre riche et complet, la fin est presque brutale, trop nette pour coller avec l'ambiance du livre, en ce sens je pense qu'un petit épilogue aurait permis aux lecteurs de ressortir de la lecture avec l'esprit un peu moins confus. Je me pose encore des questions avec cette fin, sans doute est-ce le but recherché mais je ne comprends pas la démarche. 900 pages très complètes pour une fin trop rapide et soudaine.

    Je tiens toutefois à soulever ce qui me semble être un gros point positif, il s'agit des nombreuses annotations d'Eléazard sur la biographie de Kircher, annotations que vous retrouvez à la fin du livre. Elles ne sont pas indispensables pour comprendre le récit mais cela le rendra plus riche. Je n'ai pas toujours lu ces notes afin de ne pas casser mon rythme de lecture. La fin du livre est également doté d'un glossaire qui répertorie l'ensemble des termes brésiliens utilisés par l'auteur. Vous trouverez aussi une table des matières.



Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC 3.0 BY

    Je pourrai vous parler encore et encore de ce livre, aborder avec vous les autres personnages mais la chronique perdrait sans doute en intensité et votre attention diminuerait. Là où les tigres sont chez eux est un roman-fleuve, un roman-monde, un roman-monstre ( Prix médicis ), un roman-jungle ( Valérie Marin La Meslée ). Ce livre nous offre une plongée au cœur d'une réalité inaccessible, une jungle de sensations. J'ai apprécié ma lecture mais je déplore une fin trop brutale qui rompt avec l'harmonie qui s'était installée.


PRIX MEDICIS : Le prix Médicis est un prix littéraire français fondé par Gala Barbisan et Jean-Pierre Giraudoux le 1er avril 1958 afin de couronner un roman, un récit, un recueil de nouvelles dont l'auteur débute ou n'a pas encore une notoriété correspondant à son talent. ( Wikipédia )

18 commentaires:

  1. Non, malheureusement ce livre n'est pas pour moi. Merci pour cette chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut aimer les histoires qui se croisent sur près de 900 pages :)
      Merci pour le passage!

      Supprimer
  2. Tiens, je me rends compte que je n'ai jamais parlé des romans de ma licence, diplôme ou master sur le blog, même si je parlerai de mon corpus de mémoire (sous demande) mais c'est une bonne idée d'analyser en amont comme ça. Je note le titre, je suis persuadée que c'est totalement un genre que j'apprécierai ! Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas de tous les livres lus en cours mais de certains, ceux dont il me semble pertinents de parler ;) Je peux alors comparer le avant et après étude en cours :D
      J'espère que tu auras l'occasion de le lire alors, merci pour le passage!

      Supprimer
  3. Je trouve le titre génial ! Et l'histoire me paraît extrêmement intéressante 😃

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi beaucoup le titre :)
      L'histoire est très enrichissante!

      Supprimer
  4. Si je ne suis pas la lectrice de ce genre de littérature, j'ai, cependant, adoré lire cette chronique très bien écrite, détaillée, argumentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh cela c'est adorable, merci beaucoup !! J'ai passé énormément de temps pour cette chronique ;)

      Supprimer
  5. Celui-ci m'intriguait pas mal ! Avec ton avis, je me dis que j'ai bien fais de le noter sur ma WL :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu dais bien, il est très enrichissant ;)

      Supprimer
  6. Je t'avoue que j'ai eu quelques moments où des longueurs m'ont un peu fait perdre le fil. Mais j'ai beaucoup apprécié le panel de personnages variés ainsi que la connexion plus ou moins large qu'il y a entre les personnages, c'était plutôt sympathique.
    Roman cru, doux, heureux, triste. Il est tout et son contraire et la taille du roman reflète assez bien ce que l'on peut en penser. Tout le monde peut y trouver son compte au final.
    Je suis assez étonnée d'avoir apprécié ce genre de lecture! ^^

    As-tu le l'île du jour d'avant? J'ai énormément de mal avec ce dernier. J'en suis à 250 pages mais je peine à avancer ^^

    A bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le comprends tout à fait, j'ai moi même parfois décroché, j'ai mis extrêmememt de temps pour lire ce livre! Je n'ai pas eu le temps de parler de chaque personnage mais j'ai aimé Yurupig et Roetgen, et d'autres encore.
      Le roman des contraires, variétés et diversités, sentiments qui se chevauchent.

      Du tout, j'ai essayé de le commencer mais je ne trouve pas le temps de me plonger dedans, cela promet !

      Supprimer
  7. Pas mon genre de lecture mais merci de partager tes impressions sur ce gros pavé.
    Bonne journée, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le passage. Je pense qu'il s'agit d'un genre que l'on ne prend pas le temps de découvrir, mais qui en vaut la peine :)
      Bonne journée également.

      Supprimer
  8. Ton avis est top franchement mais je ne pense pas que ça soit un roman pour moi :/ Mais merci pour la découverte et la chronique ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ça me fait plaisir! :D
      Au plaisir ;)

      Supprimer
  9. J'aime les pavés et je pense que ça pourrait me plaire d'après ce que tu en dis, mais j'avoue que ton manque d'enthousiasme pour la fin me refroidit un peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman possède d'énorme qualité, c'est indéniable! Je pense que la fin peut plaire à certain mais ce ne fut pas mon cas.. ;)

      Supprimer

Merci de ton passage :)